Partagez | 
 

 Une rose blanche parmi les noires - Raven - TC de Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dead Nation
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Localisation : J'aime vous manger avec du Ketchup !!!!

Sac de survie.
Mon Sac De Survie:

MessageSujet: Une rose blanche parmi les noires - Raven - TC de Lou   Sam 26 Nov - 22:56


 
Raven Alexander

 
I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


 

  Nom : Alexander

  Prénom : Raven

  Âge : 24 ans

  Date de naissance : 25 décembre

  Situation familiale : Célibataire

  Orientation sexuelle : Hétéro

  Métiers : Pas de métier.

  Rang : Conseillère du Leader  

  Groupe : The Gosh Rider

  Avatar : Emily Kinney

 

 

 
Caractère

 
Je suis une jeune fille douce, fragile et gentil. Je sais être fragile n'est pas un atout dans un monde où règne le chaos. Mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas me défendre pour autant et pour ce point là, je dois encore une fois remercier Joyce pour ses merveilleuse idées. Elle m'a appris à me défendre à l'aveugle, oui vous lisez- bien ? Je suis aveugle ! Encore un mauvais point dans ce monde apocalyptique.

Avant mon accident, j'observais en silence se qui se passait autour de moi. Malgré les coups, je me suis toujours relevée, je pense qu'on appelle cela une personne forte. Pas dans le sens avoir de la force, non dans celui de pouvoir encaisser, s'écrouler et pourtant encore avoir la force de se tenir bien droite, même si je suis brisée.

Je n'ai ni connu l'amour, ni les câlins. Pourtant, si vous saviez à quel point j'en ais besoin !

Je suis une grande romantique et crois en l'amour, même si je ne l'ai pas encore rencontré. Je lui donnerais toute l'attention qu'il mérite et serais une compagne fidéle et de confiance. Jamais, je ne lui ferais de mal. Bien que j'ai connus la douleur, la tristesse, je ne peux pas le supporter. Je préfère les sourires sur les visages. (Bien que je ne puisse le voir, je peux largement reconnaitre une personne triste, à celle qui est heureuse et tout cela grâce au ton dans sa voix, le timbre comme l'on dit.)

J'ai eu beaucoup de mal à m'adapter parce que mon petit monde à du changer, mes habitudes elles aussi. J'adorais lire, en vérité, j'aime toujours, sauf que malheureusement c'est impossible pour moi. Parfois, alors et cela est étrange, Joyce me lit mes livres. Sa voix prend alors un timbre doux et curieusement, j'ai l'impression qu'elle est comme cela qu'avec moi. Je l'écoute doucement et me laisse bercer par les mots.

Je vis dans un monde bien différent du votre, mais il n'est pas sombre pour autant. Il est tout en couleur, sauf que pour moi ce sont les sons, les bruits, les odeurs et le touché qui me permettent de me construire cet univers de couleur.


.

 
acidbrain



 

 
Derrière l'écran

 Pseudo : Océ ou Rose Blanche
 Prénom : //
 Fréquence de connexion : écrire ici
 Inventé ou scénario : Inventé
 Commentaires : Trop trop cool
 Code du règlement : écrire ici
 
acidbrain




 
Histoire

 

 

 

L'enfer vous connaissez ? Moi, je l'ai vécue toute ma vie. Me demandant parfois si c'était le destin, me répétant sans cesses qu'est-ce que j'avais bien pu faire pour mérité ça !

Cependant c'est ainsi et je n'avais pas d'autre choix que d'avancer.

Je n'ai jamais eut droit au câlins, ni encore à l'amour de mon père, chaque jours j'avais droit à sa furie, sa colère. Parce que j'étais en vie et pas elle. Ma mère morte alors que j'avais à peine trois ans. Une maladie l'a emporté, me laissant seule avec mon père. Est-ce la douleur de sa perte qui a fait de lui ce monstre ? Certainement.

Il me reprochait sans cesses que je lui ressemblait.

Tout les jours, j'avais droit à un sac qui contenait quelques tranches de pain, de quoi me déshydraté et un colorant pour teindre mes cheveux. Tous les trois jour, j'avais l'obligation d'appliqué cette couleur sur mes cheveux. Il disait que j'avais la chevelure de ma mère, aussi blonde que le blé et que cette couleur lui rappelait à quel point elle lui manquait. Ma chevelure devenait alors noir comme le corbeau.

Pendant que les coup claquait sur mon dos, il laissait aller sa fureur sur moi. Celle d'avoir perdu la femme qu'il aimait. Il oubliait que moi aussi, je souffrais, moi aussi j'avais perdu ma mère. A l'écouté c'était de ma faute. Je n'aurais jamais dû existé, parce qu'elle était tombé malade en me donnant la vie. Je me souviens de son sourire, de ses regards amoureux envers mon père, de sa voix si douce comme celle d'un ange et de sa berceuse qu'elle me chantait tout le temps avant d'aller me coucher, de la douceur de ses bras quand elle me serait contre elle. C'est étrange n'est-ce pas que je puisse encore m'en souvenir alors que je n'avais que trois ans quand elle a disparut de notre vie.

Quand les coups de ceinture rencontraient mon dos, je fermais les yeux, laissant aller les larmes, les cris de douleurs sortant de ma gorge. Je m'échappais dans un autre monde, là doucement, je sentais une main sur mon épaule me disant d'une voix épaississante, ne t’inquiète pas je suis là ! Ce voyage, c'est ce qui me proteger contre lui, contre sa rage. Je m'évadais dans un autre monde, me protégeant d'une certaine façon. Bien que jour après jour, il brisait mon cœur, mon âme était intact, aussi pur que celle d'un ange.

Est-ce un rêves, mon imagination ou réelement un ange qui m'aidait à tenir le coup ? Je ne pourrais jamais vous répondre. Tout ce que je peux dire c'est que c'est son aide qui m'a empêcher d'assombrir mon cœur. Il est restè aussi beau !

Parfois les gens changent, ils deviennent des monstres comme lui, ne pensant plus qu'a sa propre personne. L'amour n'existait plus, je ne connaissait plus que la tristesse, la douleur. Je n'ai jamais pu étudier, il me l’interdisait, je devais resté à la maison. Les seules fois ou se pouvais quitter la maison, c'était quand il allait voir Madame Gerda...enfin Bertha de son petit nom comme le disait tout le monde. Elle était censée me donner cours, mais au lieu de cela; ils passaient les trois enfermer dans la chambre. Je vous passes les détails, je voulais juste que tout cela cesse.

Cependant, quand la nuit tombait et qu'il dormait profondément, je me levais et j'allais dans le grenier lire, j'avais trouvée une boite qui portais mon nom avec un message. C'était un message de ma mère, certainement écris avant qu'elle meurt. Il y avait des livres, des tonnes et des tonnes. Une boîte à musique, un chaine que je porte au coup et une photo. Je me mettais à la caresser du bout des doigts, laissant couler le long de mes joues mes larmes. Si elle savait comme elle me manquait.

J'étais toujours dans mon coin, silencieuse, j'observais ce qui se passait autour de moi. Ma voisine était une fille étrange, ses parents qui n'étaient pas vraiment ses parents d'apprêt se que j'avais compris ne la traiter pas comme elle le méritait, elle était aussi plus ou moins dans le même panier. J'entendais souvent les voisins se plaignant de Joyce. Je devais bien admettre qu'elle avait trouver un moyen pour passer outre son malheur, elle prenait tout pour un jeux, j'avais l'impression de voir une gamine. Néanmoins, elle n'était pas méchante, c'était peut-être juste sa façon a elle de s'échapper de se monde d'adulte qui préfères faire du mal à leur enfants.

Dans un sens, nous avons tous un monde dans lequel on s'évade quand cela ne va pas. Moi, c'était dans mes rêves, là je voyais ma mère, je l'entendais me chanter sa berceuse. Elle c'était le jeux. Pourquoi chercher à nous faire du mal ? J'étais innocente de se qu'il me reprochais, je n'avais rien demander et peu à peu, il détruisait celle que j'étais.

Je ne sais pas si j'aurais tenue longtemps ainsi. Moi, qui croyais que personne n'entendais mes appels. Joyce est apparut et m'a sauver la vie. Bon, c'est vrai qu'elle ne sais pas pris de la bonne manière, mais elle tout de même la seule a avoir agit à mon malheur.

Après cela, on c'est perdu de vue, elle était enfermer pour avoir commis des meurtres. Certes, des gens étaient mort, mais que se serait-il passer si elle n'avait rien fait ? Je serais peut-être morte ? Enfin, voila...j'aimerais tout de même savoir si je la reverrais un jour ?

De mon coté, j'ai été hospitalisé, j'avais pas mal d'os cassés, des bleus partout, le dos couverts de cicatrices qui ne disparaitrons pas. Graver à jamais dans la peau, mais ce n'était pas le plus grave. Non, suite au coup que mon père m'avait infligé ce jour là, j'ai perdu la vue. Je ne pourrais plus jamais revoir le soleil, les arcs-en-ciel...je serais désormais plongé dans un monde sombre, sans couleur.

Encore un nouveau combat, apprendre à se débrouiller, a voir d'une autre façon. Je devais faire confiance à mon ouïe, mon odorat. Les autres sens en un mot. Perte un sens, n'est pas facile à dirigé...mais, d'après ce qu'il mon dit, les médecins...il se peut qu'un jour se retrouve ma vue, c'est pas une mauvaise nouvelle ? Pendant ce temps, il faut que j’apprenne à vivre comme une aveugle.

Quelque mois plus tard, Joyce est revenue. J'étais heureuse, malheureusement je ne pouvais plus la voir, mais elle ne m'a pas laisser tomber.

Depuis, nous sommes devenue inséparable, elle m'apprends à me déplacer, à me battre à l'aveugle. Même si elle sait que peut-être un jour, je pourrais retrouver la vue, partiellement ou entièrement. C'est avec le temps que je le saurais.

Joyce à même eu l'idée de me trouver un chien, la pauvre elle sait donner du mal. Malheureusement, elle n'a pas eut ce qu'elle voulait. Mais, elle a toujours un plan de secours et cet ainsi qu'elle m'a ramener Rose, un furet. Je l'ai adoré des que je l'ai serrer dans mes bras. Joyce lui a appris pleins de tour, notamment m'aider à me déplacer, a me guider et je peux vous dire que c'est un succès. Pour chaque mouvement différent, Rose à un geste ou mouvement bien à elle. Le plus drôle, c'est qu'elle reste souvent sur mes épaules.

Finalement, je lui dois beaucoup. J'ai même récupérer la couleur naturelle de mes cheveux, je ne sais pas ce qu'elle en pense, mais cela a du être une surprise quand elle m'a vu blonde au lieu de noir corbeau.

Nous vivions dans la rue, Joyce fessait en sorte que l'on ne manque de rien. Je ne sais pas comment elle s'y prenait, mais j'étais heureuse.

Un jour tout à sombrer à nouveau dans le chaos, les morts se sont mit à se relever, j'avais peut-être la chance de ne pas pouvoir les voir, bien que de temps en temps j'aperçois des ombres, rien de plus. Leurs odeurs est ignobles et le bruit de leur pas, de leur dent se frottent les unes contres les autres c'est abominable. Ce qui revient à dire que toute seule, je n'aurais pas survécu alors j'ai suivit Joyce voila tout...Cependant, je me demande si j'arriverais à vivre dans le campement où nous vivons actuellement sans me sentir en danger. J'ai parfois le sentiment d'être plus en sécurité à l’extérieur quand dedans.
.

 
acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
http://dead-nation.forumgratuit.be
 
Une rose blanche parmi les noires - Raven - TC de Lou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Niniel ▬ Une rose parmi les Galadhrims.
» j'ai poussé comme une rose parmi les orties - olly
» Haiti parmi les 22 pays les plus menaces par la securite alimentaire
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Oscar et la dame Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
‡ Dead Nation. :: Premier pas dans l'aventure :: || Votre Carte d'identité :: Présentation de votre personnage. :: Présentation En Attente-
Sauter vers: